Atelier de fibre et teinture (voyage Vogue NY)

De côté

Voici un billet qui fait un survol de la formation de 6 heures sur les fibres et les teintures.

 

Tout d’abord, éloge à ma professeure, madame Rhonda Fargnoli.   Une enseignante en art du Connecticut qui était tout sourire de nous voir passer la porte de son atelier.

Une femme douce et passionnée qui consacre sa vie à cet art de la fibre.  Avec mes incertitudes sur les termes en anglais, je lui ai souvent reposé des questions afin de valider ma compréhension.

Elle me regardait avec un grand sourire et me disait : « Pour toi, je répéterais 100 fois! »

 

Ce cours assez détaillé était accessible à tous, pas besoin de ne rien connaître du sujet pour plonger dedans, simplement avoir envie d’apprendre sur ce volet!  Parfait pour moi 😉

 

Le premier 2 h 30, nous l’avons passé à tricoter des « échantillons » sur des bases de fibres naturelles :  du mouton highland péruvien, du mérinos, de l’alpaga et du lin pour nos expériences prévues en après-midi.

Voici mon groupe d’échantillon avant la teinture:

Photo tricot jasette

 

 

Elle avait aussi apporté avec elle des échantillons de plusieurs autres fibres (soie, bambou, cachemire, angora, coton, etc.).  Nous pouvions toucher et elle nous expliquait les principales propriétés de ces matières.

Leur douceur, leur brillance, leur propriété hypoallergène pour certains, leur réceptivité à la teinte ont fait partie de nos conversations du matin.

 

Les sujets abordés en matinée :

1-       Comment créer ses bases de teintures (préparer des pots de couleurs de teintures à partir de plantes, d’épices et d’autres matières), les entreposer, etc.

2-       Comment documenter nos mélanges afin de pouvoir les reproduire facilement et en fait comment documenter toutes les étapes et les raisons de monter un porte-folio d’échantillons/recettes.

3-      Comment faire notre collecte et comment nous équiper.

4-      Méthodes que nous pouvons utiliser et ce que chacune de ces méthodes implique.

5-      La préparation de la matière première.

 

En deuxième partie du cours, nous avons joué avec nos échantillons et nos bacs de couleurs.

Photo tricot jasette

En après-midi, nous avons pris une grande respiration et avons retroussé nos manches et enfilé nos gants.  Le moment était enfin arrivé, et étrangement, nous étions tous un peu nerveuses. :

1-      Nous avons discuté des différentes techniques de teinture (à la brosse, au micro-ondes, bouillie, à l’eau froide, etc.) et les différents effets couleur recherchés ( auto-rayant, uni saturée, coup de pinceau, les gradés, l’opacité, etc.)

2-      Nous avons fait des expériences avec les couleurs naturelles proposées (un bleu obtenu avec de l’indigo (plante), un rouge  obtenu avec de la cochenille (du jus de « bibitte ») et un jaune  et un vert obtenu par des plantes dont j’ai malheureusement oublié de prendre en note les noms.

3-      Nous fixions nos échantillons dans un bac d’eau vinaigré.
Voici le résultat de mon côté:

Photo tricot jasette

Suite à ce 6 heures de cours, je me sentais vraiment prête à faire mes propres tests, à prendre le temps de lire sur le sujet.  Elle a réussi à me rassurer sur la « solidité » de cette approche.

Je vais regarder pour m’équiper un peu afin de pouvoir explorer ce Nouveau Monde qui s’offre à moi!

Découverte: Événement Vogue NY – Une expérience unique

De côté

Photo tricot jasette

 

 

 

 

Salut la gang!

Je ne pouvais plus attendre, je devais vous jaser de cette expérience intense et inoubliable!

Vous me connaissez bien maintenant, je suis une personne un tantinet hyperactive et j’ai déjà les doigts qui veulent taper plus vite que mes pensées.

J’ai tellement à raconter que j’ai pensé vous monter quelques petits articles sur mon passage à l’événement. Celui-ci portera sur mon impression de cette expérience unique.

 

Vogue NY est arrivé dans mon univers par les magazines et les podcasts que je lis et que j’écoute religieusement. Vogue est un gros joueur sinon le plus gros de cette industrie. Il a tout d’abord son magazine très « fashion » qui fait la promotion de ses designers vedettes, qui rédigent des livres qui sont publiés par Vogue. Le magazine projette une image artistique, très tendance.

Photo tricot jasette

Très loin du gilet de Noël rouge et vert avec des gros rennes que l’on pourrait déballer sous le sapin!

 

Je suis donc entrée dans cet hôtel au cœur de New York avec un mur extérieur complètement recouvert de publicités numériques. Au cœur de Time Square! Bien loin d’être à l’aise en ville, dans cet univers, j’étais à cent années-lumière de ma zone de confort.

Pour avoir l’expérience totale, j’ai pris 9 heures de cours, 2 heures de conférences et l’accès au marché. Condensé en une journée et demie. C’était très INTENSE! Vogue offre plusieurs dizaines de cours et faire mon choix dans cette variété était des plus difficile.

Mon choix s’est arrêté sur :

• un cours de 6 heures sur les fibres et les teintures naturelles avec Rhonda Fargnoli.

• un cours de 3 heures sur les techniques japonaises de dentelle au tricot avec Brooke Nico.

• une conférence de madame Amy Herzog, designer américaine spécialisée dans la confection de chandail.

• une conférence de monsieur Brandon Mably un artiste designer d’Angleterre.

 

Je me permettrai de détailler plus en profondeur, ces points par de petits billets de blogue spécifiques qui seront publiés sous peu.

À Vogue, vous pouvez vous retrouver dans l’ascenseur avec la personne qui a rédigé le chandail que vous avez tricoté tiré d’une parution de l’an dernier ou un artiste dont vous avez vu les œuvres dans des musées. Ils vous sourient, ils sont présents sur place pendant tout le week-end et vous adresse la parole! J’ai eu cette chance avec Mme Herzog que j’ai recroisée par hasard dans les ascenseurs quelques heures après sa conférence. J’ai hésité et j’ai brisé la glace et entamé la conversation. Elle était touchée que je sois venu de Montréal et que j’aie choisi parmi tout ce qui était offert d’être présente à sa conférence. Et moi, j’étais très heureuse de pouvoir lui dire de vive voix que j’avais bu ses paroles lors de la conférence et que j’adorais l’ensemble de son œuvre.

J’ai rencontré Stephen West, un designer que je connaissais assez bien puisqu’il est très connu pour ses modèles un peu fous et très colorés! J’avais même réalisé un de ses modèles pour un cadeau de Noël. Je l’ai croisé à deux reprises, dans les corridors et au marché.

 

Pendant ces 2 jours, j’ai eu l’impression d’être dans le magazine, d’être dans mon univers! Avec des centaines de passionnées qui avaient arrêté leur train-train quotidien, l’espace d’un week-end, pour vivre cette passion à plein régime. Du bonheur à l’état pur.

Je me souhaite de revivre d’autres expériences du genre dans les années avenir.

Je suis ressortie chargé à bloc! Oui, vous allez en entendre parler souvent et pendant longtemps… :-)

 

Gâteries acquises aux Festivals Twist 2014

De côté

Salut les copains/copines!

Encore une fois, j’ai fait des petites folies.  Mon passage au Festival Twist 2014 m’a permis de trouver plein de petits trucs pour agrémenter mes moments tricots.  J’ai pensé le partager avec vous… dans un billet…

Ça m’a d’abord permis de saluer tous les contributeurs du podcast de Tricot-Jasette.  Les cadeaux « sponsorisés » ajoutent beaucoup aux plaisirs de participer aux petits défis et je leur suis très reconnaissante!

Voici les gâteries que eh me suis offert lors de ma visite au festival “Twist”:

1- cadeau de ma grande fille pour que je me tricote quelque chose pour moi – économique, ça me permettra d’évaluer la qualité de leur produit

Photo tricot jasette

2- exploration laine: matière que je n’ai pas eu la chance de travailler- du bœuf musqué (quiviut)
Photo tricot jasette

3- Cadeau de la relève: un petit tricotin avec du Cotton pour ma relève
Quoted text

4- La teinture qui ma le plus accrochée: ce magnifique bleu qui donne l’impression d’avoir des coups de pinceau
Photo tricot jasette

5- Mes acquisitions  « bijou tricot: marqueur et broche à châle
Photo tricot jasette

Photo tricot jasette

6- cadeau de ma maman :gadget qui permet de protéger mes aiguilles de bois lorsque j’arrête de travailler mon projet
Photo tricot jasette

7- finalement pour encourager mon effort filage voici la matière que je travaillerai dans les prochains jours : BFL
Photo tricot jasette

TROP de belles choses!

Twist, nous nous revoyons en  2015 …

La douceur de la nature

De côté

Tellement VRAI ce slogan de la ferme « Les alpagas de la ferme Norli« ,  où j’ai eu le plus agréable des dimanches après-midi!

Le tout à commencer par une visite à Granby pour un magasinage en règle du matériel de balle-molle de début de saison.  À la maison, j’ai deux joueuses et un coach… mon été se déroule entièrement au terrain de balle!

À la blague, je dis à mon conjoint:  » Y’as-tu des boutiques de laines à visiter dans ce coin-là? », pas vraiment me répond-il mais il y une ferme d’alpagas qui semble ternir boutique à Bromont (environs 10 minutes de voiture de Granby).

Je ne connais pas bien cette fibre et j’avoue que son prix m’en gardait un peu éloigné.

J’ai donc mis les pieds sur les terres de la famille Pollender.  Où le monsieur nous invite à approcher le pâturage pour voir de plus près ce petit comité d’accueil.

20140406_154411-2

Ce sont des animaux tellement calmes et ils sont beaucoup plus mignons que les lamas.  Sans le savoir parmi ces bêtes, ils y avaient de grands champions!

Ayant naturellement une curiosité sans bornes, je suis entré dans la boutique.  La dame qui s’y trouvait nous a accueillies, pris le temps de nous expliquer et nous montrer la fibre que ce bel animal produit.

Saviez-vous que naturellement ils arrivent à obtenir 22 couleurs!  Que cette fibre ne pique pas et qu’elle est hypoallergène, ce qui la rend extraordinaire pour tous les allergiques de ce monde.

Au cours de la discussion, j’informe la dame que je produis un « podcast » de tricot et que j’aimerais parler de leur coin de paradis.  Elle me dit: « Attendez, la propriétaire serait sûrement heureuse de venir à votre rencontre! ».  J’ai donc eu la chance de rencontrer cette femme passionnée par ce qu’ils font!

Lise a pris le temps de m’expliquer comment elle s’est retrouvée dans cette aventure et quel était leur plan pour le futur. Ils ont une ferme, plus de 120 têtes et une filature complète dans l’arrière-bâtiment.  Ils élèvent, tondent, cardent, files et parfois teignent, le tout directement sur place.  Avant, plusieurs de ces étapes étaient envoyées dans d’autres provinces, ce contrôle total de la chaîne leur permettent des choisir et d’essayer de nouveaux mélanges ou techniques!

La boutique regorge de produit tricoté avec la fibre de la ferme, d’écheveaux de laine pour les tricoteuses et met en évidence la fierté qu’ils ont dans leur produit en affichant leur différent prix lors d’expositions!

Pratiquement chaque écheveau indique le nom de l’animal ou des animaux qui ont servi à produire cette couleur!

J’ai promis à Lise de repasser cet été pour une visite officielle du site, cette visite est possible toute la période estivale, vous pouvez donc, vous aussi, allez assouvir votre curiosité!

Si vous passez par là, dites que c’est « Tricot Jasette » qui vous envoie

20140406_161831

Merci à Lise d’avoir pris le temps de venir à ma rencontre!

Voyage au pays de laine…

Salut les tricots-jaseuses !
J’ai fait un super voyage à St-André-Avelin. Un hyper-mégagénial festival, même mes enfants n’ont pas trouvé la journée trop longue !
Nous avons eu plusieurs échanges avec différents artisans:  dentellières, éleveurs, bijoutières, tisserands, tricoteuses, crocheteurs, fileuses, et j’en oublie, étaient présent pour notre plus grand plaisir.
Une dentellière de Québec, Marie-Josée, qui tient la boutique « Des fils en folie » a répondu aux millions de questions de ma fille et de ma mère. Elle a même pris le temps de faire une démonstration de l’utilisation des fuseaux et de la lecture d’un modèle de dentelle.
Puis nous avons rencontré les fileuses de la Petit-Nation qui montrait différentes techniques pour filer avec le rouet. L’une d’elles filait simplement, la deuxième elle s’amusait à filer ensemble deux bobines en intégrant au fur et à mesure des petites « mouches » de fibres de couleur pour produire une balle de laine pour faire de la finition.
Nous avons eu démonstration de comment filer la laine manuellement au fuseau, cette technique à vraiment plu à mon fils de 15 ans qui a décidé d’acheter un fuseau et d’essayer à la maison.
L’artiste Judy Kavanagh en provenance de la région d’Ottawa avait le fuseau parfait aux yeux de mon fils. Pour sa matière de base, il a choisi les « nombrils » de mouton de « La ferme de la bute magique » qui ont un atelier de feutre: Les ateliers d’un pas feutré.
J’ai envie de trop de choses et j’ai finalement décidé de contribuer à l’achat du fuseau (parce que ça fait longtemps que je veux essayer…) et ma Rosie m’a choisi de superbes marqueurs de maille d’une autre artiste, Francine Hebert qui tient une boutique Etsy ( www.tofino14.etsy.com).
Ouf !  Je suis épuisé…
Activité que je refais l’an prochain assurément!